Le singe Papion

Il était une fois, dans un pays très lointain, un petit singe qui s’appelait Papion.

Papion vivait avec sa maman dans un village au bord de l’océan.

Ce petit singe n’était pas banal, il avait un rêve plutôt original : il voulait devenir marin et vivre des aventures hors du commun.

Chaque jour, il allait se promener sur le port pour penser, imaginer et rêver. Il écoutait les marins chanter, les regardait danser, travailler, et monter à bord de leur grand navire pour disparaître au loin sur la ligne d’horizon. Papion se disait que lui aussi, un jour, il irait voir ce qu’il y a là-bas, il découvrait des lieux inexplorés, des îles inconnues et des trésors oubliés.

Le soir à table, sa maman, s’inquiétait : « Non Papion, tu es trop petit pour devenir marin, puis, un singe à bord d’un bateau on n’a jamais vu cela ! »

Mais Papion ne se décourageait pas. Il continuait à aller sur le port, à penser, imaginer et rêver.

L’ANNIVERSAIRE

Un jour, pour son anniversaire, sa mère lui offrit une grosse boîte que Papion ouvrit avec grande hâte ! Et qu’est-ce qu’il y découvrit ? Un magnifique petit costume de marin ! Il y avait un pantalon bleu, une chemise rayée bleue et blanche à grand col et un béret avec un pompon rouge dessus. Fou de joie, Papion sauta au cou de sa maman et lui dit « merci merci merci maman!! » Sans attendre, il enfila son costume et s’élança hors de la maison pour parader sur le port bien fier d’y montrer sa nouvelle tenue. 

Ce jour-là, Papion pensa, imagina et rêva si fort, que de sommeil il tomba dans un gros tas de cordes qui trainaient par là. Il dormait si bien, qu’il ne remarqua pas que des marins s’étaient saisis des cordages.   

LA MER

À son réveil, Papion sentait que le sol bougeait, à droite, à gauche, à droite, à gauche…    « Qu’est-ce donc que cela ? » s’inquiéta-t-il. Il sortit discrètement la tête hors de sa cachette et vit avec effroi qu’au loin, sur la ligne d’horizon, disparaissait sa maison…

Terrifié, Papion se dit : « mais qu’ai-je fait, ma maman va s’inquiéter, partout elle va me chercher ! Et ces marins, s’ils me voyaient au derrière ils me mettraient un coup de pied ».

Papion se réfugia à fond de cale, caché par des caisses et des malles. Il pleura encore et encore.

Les heures passèrent… Papion senti soudain que le bateau s’était arrêté, tandis que le silence s’installait. Courageusement, il décida d’aller voir ce qu’il se passait.

LA DÉCOUVERTE

En arrivant sur le pont, il découvrit qu’ils étaient amarrés près d’une île bordée de sable chaud où reposaient des noix de coco et qu’aux arbres trônaient des grappes de bananes. « Quelle vision de rêve ! » s’écria Papion. 

Fou de joie, notre petit singe sortit du bateau comme un diable hors de sa boîte. Il grimpa tout en haut d’un bananier pour y décrocher autant de fruits qu’il pouvait et s’allongea sur le sable chaud en buvant l’eau des noix de coco.

Le ventre bien rond et rempli, Papion de nouveau s’endormit…

LA VIE SUR L’ÎLE

À son réveil… HORREUR… le bateau avait disparu ! Il courut aux quatre coins de l’île, au nord, au sud, à l’est, à l’ouest, mais… rien ! La ligne d’horizon était vide. Le bateau était parti et Papion se retrouvait seul.

Il pleura et pensa : « Mais quelle ironie, je rêvais de quitter mon village pour découvrir des endroits comme celui-ci et maintenant que j’y suis, c’est à mon village que je pense. Je voudrais le retrouver, ma maman doit tant s’inquiéter ! »

Papion attendit. Puis, il commença à se construire une cabane en bois. Il explora l’île en allant chaque jour plus loin.

Au cours d’une de ses expéditions, Papion découvrit une grotte humide. Il décida de s’y aventurer. C’était sombre, des gouttes d’eau tombaient en donnant un rythme « ploc… ploc… ploc… ploc ».

Arrivé au fond de cette grotte, il vit quelque chose briller. Il s’approcha, un pas à la fois. « Qu’est-ce que cela ? » Il n’en croyait pas ses yeux, c’était une malle remplie d’or, de pierres et de bijoux. Papion décontenancé, pensa « un tel trésor ferait surement de moi un roi si je retrouvais un jour la route de mon village ! J’offrirais à ma mère la plus belle des maisons. » Alors il saisit la malle et l’apporta près de sa cabane en bois.

LE RETOUR

Les semaines passèrent quand, soudain, Papion aperçut quelque chose : « là-bas sur la ligne d’horizon, c’est un bateau ! » Il sauta dans tous les sens en criant « ohé je suis là, vous ne me voyez pas ? ». Hélas non, le bateau était trop loin et Papion trop petit ! C’est alors qu’il eut une idée : il décida de mettre le feu à sa cabane en bois. La fumée monta très haut, dépassant même la cime des arbres, si bien que le bateau changea de cap et se dirigea vers lui. Papion était sauvé !

En embarquant avec sa malle Papion s’écria : « ramenez-moi chez moi sur-le-champ, il y a là-bas ma maman qui m’attend ! »

Il arriva sur le port, sauta hors du bateau et se précipita chez lui. En ouvrant la porte, sa maman n’en croyait pas ses yeux, elle fondit en larme « Oh mon Papion, où étais-tu ? Chaque jour, chaque minute je t’ai cherché, sans jamais perdre l’espoir de te retrouver. »

La légende raconte que Papion utilisa son trésor pour faire de son village le plus beau sur terre et qu’il offrit à sa maman la plus belle des maisons. On dit aussi que notre petit singe devint le plus célèbre des marins, mais que toujours dans son village il revint !

FIN 

Une histoire originale créée par PG (remplir le formulaire de contact pour toute question.)

© Protégé par copyright 2017 – La maman exploratrice [mamanexploratrice.com]. Tous droits réservés.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s